Adnan Oktar, chef d’une secte turque, a été arrêté la semaine dernière à Istanbul. Parmi ses victimes figure une ado domiciliée en Suisse. Elle affirme avoir été abusée sexuellement par le prédicateur.

Le témoignage de Serra M. fait froid dans le dos. L’adolescente de 15 ans, domiciliée en Suisse alémanique, explique ce lundi à «20 Minuten» avoir été séquestrée et abusée par le prédicateur turc Adnan Oktar, arrêté en compagnie de 180 disciples la semaine dernière à Istanbul. «Ma mère m’a vendue à lui», raconte-t-elle à nos confrères alémaniques.

Serra M. est née en Turquie. Elle est arrivée en Suisse à l’âge de 7 ans. Elle, sa mère ainsi que le nouveau compagnon suisse de cette dernière se sont alors installés dans le canton de Soleure. C’est dans ce canton alémanique que sa maman est entrée en contact avec des disciples de la secte d’Adnan.

«Tout ce qu’elle voulait c’était de l’argent»

«Ma mère a commencé à ouvrir un compte Facebook à mon nom et y a publié des photos me montrant dans des poses sexy. Elle a utilisé mon profil pour discuter avec des personnes haut placées de la secte. C’est comme ça qu’Adnan a commencé à s’intéresser à moi.»

Quelques informations sur le gourou

(Merci de nous aider à renforcer notre page)

Adnan Oktar est connu sous le pseudonyme Harun Yahya. En Turquie, il est accusé d’abus sexuel, enlèvement et espionnage militaire. Environ 70 femmes, âgées entre 11 et 40 ans, ont témoigné contre lui. Parmi elles figurent aussi Serra. Adnan Oktar est non seulement accusé d’avoir forcé des filles mineures à la prostitution. Certaines victimes parlent également de viols en masse et d’orgies sexuelles.

Selon l’expert en sectes Georg Otto, Adnan Oktar prône un créationnisme musulman. Il essaie de combiner des passages du coran avec des réalités scientifiques. Le gourou se serait régulièrement rendu en Suisse pour tenir des discours.

Selon l’adolescente, le gourou aurait fini par écrire à sa maman parce qu’il voulait rencontrer Serra. «Elle m’a donc emmenée en Turquie. Tout ce qu’elle voulait c’était de l’argent.»

Source : 20min.ch