Elizabeth Pipko, 23 ans, une mannequin apparue dans Maxim, a rĂ©vĂ©lĂ© dans une interview qu’elle Ă©tait un partisan de Trump depuis le dĂ©but, mais qu’elle ne l’avait jamais rendue publique parce qu’elle craignait que cela tue sa carriĂšre et aliĂšne des collĂšgues de l’industrie.

Pipko a dĂ©clarĂ© au New York Post qu’elle s’Ă©tait portĂ©e volontaire pour la campagne prĂ©sidentielle de Trump en 2016, travaillant parfois 10 heures par jour, sans toutefois pouvoir rĂ©vĂ©ler ce fait Ă  qui que ce soit de son secteur, craignant un retour de bĂąton.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

Une publication partagée par Elizabeth Pipko Centinello (@elizabethpipko) le

«Je suis allĂ© rencontrer mon responsable (qui n’Ă©tait pas affiliĂ© Ă  une agence de mannequins). Lui et un collĂšgue Ă©taient enragĂ©s, criant Ă  quel point ils dĂ©testaient Trump. Mon responsable a continuĂ© Ă  dire Ă  quel point les personnes qui travaillent pour lui devaient ĂȘtre pervers et qu’il ne travaillerait jamais avec qui que ce soit qui le soutienne », a-t-elle dĂ©clarĂ©, ajoutant qu’elle Ă©tait « terrorisĂ©e Ă  l’idĂ©e de dĂ©couvrir que j’Ă©tais l’un de ces soi-disant pervers.”

Elle a confiĂ© au Post que, depuis ce temps, elle avait menti, affirmant qu’elle Ă©tait coach de patinage sur glace au lieu de dire la vĂ©ritĂ© : elle travaillait en tant que coordinatrice nationale des services de volontaire pour l’Ă©quipe de donnĂ©es de Trump Tower.

(Merci de nous aider Ă  renforcer notre page)

Le modĂšle a dĂ©clarĂ© que chaque travail de mannequin ou rĂ©union Ă  ce moment-lĂ  Ă©tait trĂšs stressant pour elle si les discussions tournaient autour du sujet de Trump. À un moment donnĂ©, un photographe est arrivĂ© vĂȘtu d’un t-shirt noir avec une Ă©norme bande rouge sur le visage de Trump. Dans un autre cas, alors qu’elle participait Ă  des dĂ©filĂ©s de mode Ă  la Miami Swim Week, elle a Ă©tĂ© forcĂ©e de s’asseoir dans un coin en prĂ©tendant ĂȘtre au tĂ©lĂ©phone alors que 15 mannequins ont ouvertement critiquĂ© Trump.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🐉

Une publication partagée par Elizabeth Pipko Centinello (@elizabethpipko) le

Pas la seule dans cette situation

Elle se souvenait Ă©galement d’avoir rencontrĂ© un cĂ©lĂšbre mannequin chez Trump Tower, qui s’Ă©tait Ă©galement portĂ© volontaire pour la campagne Trump, qui lui avait demandĂ© de ne dire Ă  personne qu’elle l’avait vu lĂ -bas.

Comme il Ă©tait de notoriĂ©tĂ© publique que Pipko s’Ă©tait portĂ©e volontaire pour Trump, le nom du prĂ©sident pouvait apparaĂźtre avec son nom dans une recherche google. Lorsque son agence de mannequins actuelle s’en est inquiĂ©tĂ©e, elle a de nouveau menti, affirmant que c’était une farce de son frĂšre.

 

Voir cette publication sur Instagram

 

🌊💛

Une publication partagée par Elizabeth Pipko Centinello (@elizabethpipko) le

« Mais maintenant que deux ans se sont Ă©coulĂ©s depuis les Ă©lections, je ne veux plus rester silencieux. MĂȘme si cela signifie dire adieu Ă  la modĂ©lisation pour toujours », a dĂ©clarĂ© le modĂšle nĂ© Ă  New York.

Pipko a affirmĂ© qu’elle pensait que Trump dĂ©fendait les femmes et qu’il les dĂ©fendait non seulement par le biais de ses projets immobiliers, mais aussi Ă  la Maison-Blanche. Elle a Ă©galement notĂ© que les prĂ©tendus gains du prĂ©sident Ă  diverses maĂźtresses relĂšvent de son activitĂ© personnelle et que le seul aspect pertinent du personnage de Trump est ce qu’il fait en tant que prĂ©sident.

«J’espĂšre dĂ©jĂ  participer Ă  sa rĂ©Ă©lection dans une certaine mesure. Et cette fois, je ne vais pas le cacher », a-t-elle dĂ©clarĂ© courageusement.

Source : sputniknews.com