Ils n’avaient sans doute pas les codes. Voici le contenu de la main courante d’éposée par la jeune femme :

“Je suis étudiante en droit à la Fac de l’Arsenal à Toulouse.
Le 06/12/2018 de 14h00 à 22h00, j’étais à la bibliothèque universitaire dans la Fac.
Pour me délasser, j’ai quitté mes chaussures dès 15h00. Au moment de quitter les lieux, j’ai remis une chaussure en sentant du liquide à l’intérieur. J’ai alors pris l’autre chaussure et j’ai constaté avec les doigts qu’il y avait une substance liquide blanchâtre. J’ai senti et reconnu l’odeur du sperme.
Il y a eu deux hommes qui ont occupé la place à ma droite, l’un âgé de 20 ans environ, peau métissée, ayant une odeur corporelle nauséabonde. L’autre âgé de 20 ans environ, porteur de lunettes de vue, peau mate de type indien.
J’ai été perturbée et cela m’a empêché de m’endormir.
A l’avenir, je serai vigilante et ferai en sorte de prévenir les responsables de la bibliothèque si je revois ces individus.”

.