Ils n’avaient sans doute pas les codes. Voici le contenu de la main courante d’Ă©posĂ©e par la jeune femme :

“Je suis Ă©tudiante en droit Ă  la Fac de l’Arsenal Ă  Toulouse.
Le 06/12/2018 de 14h00 Ă  22h00, j’Ă©tais Ă  la bibliothèque universitaire dans la Fac.
Pour me dĂ©lasser, j’ai quittĂ© mes chaussures dès 15h00. Au moment de quitter les lieux, j’ai remis une chaussure en sentant du liquide Ă  l’intĂ©rieur. J’ai alors pris l’autre chaussure et j’ai constatĂ© avec les doigts qu’il y avait une substance liquide blanchâtre. J’ai senti et reconnu l’odeur du sperme.
Il y a eu deux hommes qui ont occupĂ© la place Ă  ma droite, l’un âgĂ© de 20 ans environ, peau mĂ©tissĂ©e, ayant une odeur corporelle nausĂ©abonde. L’autre âgĂ© de 20 ans environ, porteur de lunettes de vue, peau mate de type indien.
J’ai Ă©tĂ© perturbĂ©e et cela m’a empĂŞchĂ© de m’endormir.
A l’avenir, je serai vigilante et ferai en sorte de prĂ©venir les responsables de la bibliothèque si je revois ces individus.”

.