A l’occasion de sa rentrée politique mardi, l’UDC a remis en lumière sa thématique de la criminalité étrangère. Mais le parti cible particulièrement, cette fois, la violence contre les femmes.

L’UDC a publié un papier de position intitulé « L’immigration démesurée », dans lequel elle estime que la Suisse n’est plus un pays sûr. La Suisse compte aujourd’hui parmi les Etats à criminalité élevée, assure-t-elle, estimant qu’il faut absolument éviter que le pays devienne un « eldorado des criminels de tous bords ». […]

Pour l’UDC, la violence et la criminalité, en Suisse, sont dans une large mesure importées. Statistiques de la Confédération à l’appui, elle précise que 60% des personnes accusées de viols en 2018 étaient des étrangers.

Pas normal « d’avoir peur en sortant »

Mais si les violences contre les femmes sont une thématique récente pour l’UDC, « c’est nouveau aussi d’avoir une augmentation de cette violence, que l’on doive avoir peur en sortant », relève son président Albert Rösti dans le 12h30. « C’est un phénomène que je n’ai pas connu quand j’étais étudiant. »

RTS via fdesouche