4 hommes ont Ă©tĂ© accusĂ©s de viol contre une femme handicapĂ©e. Hier ils ont Ă©tĂ© libĂ©rĂ©s. Pourquoi ? Le tribunal ne pouvait pas prouver qu’ils savaient qu’elle avait une dĂ©ficience intellectuelle.

La femme a 18 ans et souffre d’un handicap intellectuel. Selon le jugement, elle est dĂ©crite par les amis et la famille comme ayant la connaissance d’un enfant de cinq ou six ans.

Le samedi 5 mai, elle a rencontrĂ© l’un des hommes Ă  Stockholm au T-Center. Ils ont commencĂ© Ă  parler puis ont pris un train en direction de Hässelby, puis une voiture de la station de mĂ©tro d’Abrahamsberg Ă  Bromma jusqu’Ă  un appartement oĂą deux autres hommes se trouvaient et un quatrième homme les a finalement rejoints.

La femme a dĂ©clarĂ© que les quatre hommes lui ont tenu les bras et les jambes, l’ont battue et l’ont violĂ©e. Les quatre hommes ont niĂ© le crime, deux ont dĂ©clarĂ© avoir eu des rapports sexuels mais que c’Ă©tait consenti. Le sperme d’un troisième homme a Ă©tĂ© retrouvĂ© sur sa culotte.

Il n’y avait aucune preuve contre le quatrième homme, âgĂ© de 17 ans. Cependant, mĂŞme les trois autres personnes qui avaient soit admis, soit avaient des preuves de relations sexuelles avec la femme, avaient Ă©tĂ© libĂ©rĂ©es par le tribunal de district de Solna.

(Merci de nous aider Ă  renforcer notre page)

Le tribunal affirme qu’il n’a pas Ă©tĂ© Ă©tabli que la femme avait Ă©tĂ© victime de violences, malgrĂ© un examen effectuĂ© deux jours après l’attentat, constatant huit contusions sur sa jambe et deux sur son bras, ce qui semblerait correspondre Ă  sa version des faits. Le tribunal de district considère qu’elle peut avoir obtenu les ecchymoses Ă  un autre moment.

Bien que le tribunal ait convenu avec le procureur que la femme se trouvait dans une position vulnérable en raison de son handicap, le tribunal n’a pas été en mesure de prouver que les hommes avaient remarqué sa déficience intellectuelle.

Deux membres du conseil ont une opinion diffĂ©rente, soulignant que l’homme qui l’a rencontrĂ©e au T-Center et lui a parlĂ© avant d’atteindre l’appartement doit avoir compris qu’elle souffrait d’un handicap cognitif important.

Un autre estime que les deux autres hommes ayant eu des rapports sexuels avec la femme l’ont Ă©galement compris. Pourtant, les 4 hommes ont Ă©tĂ© laissĂ©s en libertĂ©.

Source : Voice of Europe