Dans le box des prévenus, Abel*, la quarantaine naissante et sportive, arbore un maillot de l’équipe d’Allemagne de football. Les cheveux bruns courts, il est grand, bronzé. Face à lui, sur le banc des parties civiles, sa conjointe est blême, chétive. Manifestement exténuée. Abel, comparaît ce jeudi, devant le tribunal correctionnel de Narbonne, présidé par Jean-Philippe Lejeune, pour avoir, la veille au soir, violenté sa compagne, Isabelle, une femme dépressive, sous anxiolytiques.

[…] Il la bat. Les coups pleuvent. Il lui perforera un tympan… Et finira par lui arracher une touffe de cheveux avant de lui uriner dessus alors qu’elle est allongée sur le lit. Le médecin constatera moult ecchymoses sur le corps de la victime… Bilan : 60 jours d’interruption totale de travail. Ce sont les voisins du couple qui alerteront la police. « J’avais bu, j’ai pété un plomb […] Je ne suis pas un abruti, je ne suis pas un gars méchant, si elle me faisait pas cocu, il y aurait pas de problème. »

A la barre, Isabelle éprouve énormément de difficultés à s’exprimer : « Je suis amoureuse de lui. je ne veux pas qu’il aille en prison. C’est de ma faute tout ça, c’est parce qu’il pense que je fais des bêtises… Le 17 août, il m’avait déjà battue, mais j’ai rien dit…« , conclura-t-elle en larmes…

Réquisitions du procureur de la République, Esther Paillette : quatre ans de prison dont un avec sursis et mise à l’épreuve, avec interdiction d’entrer en contact avec la victime et mandat de dépôt […] Abel, qui comparaissait en état de récidive légale, encourt 14 ans d’emprisonnement.

La DĂ©pĂŞche via fdesouche