Une enquête a été ouverte début mai par le parquet de Metz. Mais du côté universitaire, les étudiantes suspectées ne risquent rien : les deux jeunes femmes inscrites en licence de sociologie à l’université de Lorraine, qui avaient tenu des propos racistes dans un groupe Facebook, ne feront en effet pas l’objet de sanctions universitaires. La section disciplinaire de l’établissement étant incompétente dans leur cas, a annoncé jeudi le président de l’ université, Pierre Mutzenhardt.

La section disciplinaire, qui s’est prononcée jeudi, « n’a pas pris de sanction à (leur) endroit » car « les faits (incriminés) n’entrent pas dans son champ de compétence puisqu’ils n’ont pas engendré directement une atteinte à l’ordre et au bon fonctionnement de l’établissement », a indiqué dans un communiqué Pierre Mutzenhardt.

Des étudiants avaient révélé fin avril sur les réseaux sociaux que des propos et des vidéos racistes, visant des étudiants noirs, avaient été échangés fin 2018 par des étudiants de licence 2 de sociologie, à Metz, sur un groupe privé de Messenger, la messagerie de Facebook.

20 Minutes via fdesouche