Le jihad islamique peut revêtir une foule de variantes qui permettent d’aller jusqu’à dire que chacun individuellement ou chaque groupe peut choisir son propre jihad. Seule compte la victoire de l’islam.

Parmi ces types de jihad, nous connaissons déjà le jihad terroriste qui nous a meurtris en France avec Charlie-Hebdo, le Bataclan, Nice etc., le jihad par l’immigration musulmane de masse en Europe, le jihad pour instaurer le califat, le jihad de fornication pour assurer le « repos du guerrier » des jihadistes d’Irak et de Syrie, le jihad de civilisation ou de ruse par l’islamisation progressive des sociétés occidentales, le jihad des « ventres » pour assurer à la oumma musulmane une croissance démographique telle qu’elle garantirait la pérennité du recrutement pour les diverses formes de jihad et que surtout assurerait un pouvoir islamique planétaire.

Une nouvelle variante du jihad démographique a vu le jour récemment au Sri Lanka : un chirurgien musulman, faute de pouvoir augmenter directement le nombre de musulmans, aurait […] stérilisé à leur insu des femmes qu’il avait accouchées par césarienne. Et hop ! avec deux boucles et en deux coups de ciseaux (*) il empêchait ces jeunes femmes de continuer à procréer, ce qui pouvait faire le bonheur de la oumma dont il est membre.

Lire la suite sur lesobservateurs.ch