La loi asile et immigration de Gérard Collomb élargira le regroupement familial notamment aux parents des fillettes menacées d’excision, rapporte Le Figaro.

Chose cocasse quand on sait que ce sont les parents eux-mêmes qui font exciser leur fille. Ces traditions d’arriérés qui touchent plus de 9 femme égyptienne sur 10 sont perpétrées majoritairement par les femmes de la famille, qui tiennent à ce que leur fille, petite-fille ou nièce se fasse atrocement mutiler le sexe de la même façon qu’elles. Ainsi, elles ne risquent pas de connaître un plaisir qu’elles n’auront jamais : c’est ainsi que les traditions merdiques se perpétuent, les femmes ayant toujours eu un rôle actif dans leur propre asservissement.

Scène d’excision collective en Indonésie. L’arriérisme islamique et tiers-mondiste à son paroxysme.

.