Suzanne Hoylaerts est décédée samedi dernier à l’âge de 90 ans. Contaminée par le coronavirus, elle a refusé d’être placée sous respirateur.

Il y a deux semaines l’état de santé de Suzanne Hoylaerts a commencé à légèrement se dégrader ; manque d’appétit, sensation d’essoufflement mais pas de toux ni de fièvre. Puis vendredi dernier, le 20 mars, cette habitante de Lubbeek, dans le Brabant flamand, ne s’est finalement pas sentie bien du tout. « Elle avait l’impression de ressentir un poids de 100 kg sur l’épaule, mais elle croyait que c’était parce qu’elle avait dormi dans une mauvaise position », a expliqué sa fille Judith au quotidien belge néerlandophone HLN. Et d’ajouter : « Elle était aussi un peu essoufflée. Je l’ai quand même emmenée chez le médecin car elle avait eu une pneumonie dans le passé. »

« Tu ne dois pas pleurer »

Ce dernier qui constatant une saturation en oxygène trop basse, a alors décidé d’envoyer mère et fille aux urgences. Mais une fois là-bas, en raison des mesures de sécurité liées au coronavirus, Judith n’a pas pu rester aux côtés de sa mère. « Tu ne dois pas pleurer. Tu as fait tout ce que tu as pu. J’ai eu une belle vie », quelques mots, les derniers que Judith a entendu de la bouche de sa maman car Suzanne Hoylaerts est finalement décédée samedi 21 mars à 18h15 emportée par le coronavirus.

« C’est notre maman tout craché »

« Les médecins m’ont appris qu’elle avait refusé qu’on la place sous respirateur », a expliqué Judith avant de dévoiler les propos que sa maman a tenu aux médecins alors qu’il voulait la placer sous respirateur artificielle : « Puisque j’ai choppé cette ‘bébête’, je ne veux pas de respiration artificielle. Gardez cela pour les plus jeunes. J’ai déjà eu une belle vie. »  « C’est notre maman tout craché : toujours prête à aider les autres », s’est émue Judith.

bibamagazine.fr

 

✴🗽Lien vers le Manifeste de l'occidentalisme✴