Il avait été condamné le 17 novembre 2016 à la réclusion criminelle à perpétuité incompressible pour le viol et l’assassinat de Marion, 14 ans, à Bouguenais, près de Nantes, dans la nuit du 18 au 19 mars 2012. Yannick Luende-Bothelo avait fait appel de cette décision de la cour d’assises de Loire-Atlantique et il devait être rejugé.

Mais le Congolais, âgé de 31 ans, a finalement décidé de se désister de son appel, rapporte Ouest-France. Il ne sera donc pas rejugé.

Marion Rousset avait été tuée de 69 coups de couteau dans des toilettes publiques, après avoir été suivie à sa descente du tramway à la station Les Couëts. Devant la cour d’assises de Loire-Atlantique, Yannick Luende-Bothelo n’avait jamais justifié son acte, préférant garder le silence.

Ses avocats au barreau de Nantes, Me Carole Le Roux et Me Olivier Renard commentent :

Yannick Luende Bothelo nous a écrit la semaine dernière, pour nous faire part de son souhait « d’arrêter l’appel », que nous avons interjeté en son nom.

(Merci de nous aider à renforcer notre page)

Son discours malgré sa dimension inquiétante est parfaitement clair : « Annule tout, je ne veux plus aller au procès, j’avais tout dit au premier procès. Ce qu’il me faut c’est la mort, pas un procès. Ne me forcez pas d’y aller car je ne dirai rien. Dis à ma famille, de ne pas venir me voir au parloir ».

Source : 20 minutes