Mise à jour : nous avons remplacé “travail” par “non-vie”, mais il faut garder à l’esprit que la non-vie doit contenir aussi les trajets, le temps de préparation, la charge mentale, les problèmes de santé et le sommeil détruit.

On ne les remarque plus, parce que c’est complètement normal pour nous. Typhaine fait partie de ces millions de blancs qui ont choisi de faire une croix sur leur vie privée et ne presque pas voir leur famille pour un salaire qui leur permet tout juste de payer leurs factures et de n’avoir droit à aucune aide sociale.

Vu sur rue89 :

Le parcours professionnel de Typhaine, 35 ans, s’est décidé un peu à la dernière minute. Quelques mois avant de passer son bac ES, elle se disait encore qu’un jour elle travaillerait à 30.000 pieds du sol comme hôtesse de l’air. Sauf qu’on est en 2004 et que le secteur est en crise, alors l’adolescente est prise d’un immense doute. Finalement, ce sont des amis de la famille qui la dissuade de choisir cette voie.

En catastrophe, elle se jette sur un plan B, et même un C. Son seul impératif est de faire un métier “où le contact humain existe”. Elle passe “en touriste”, dit-elle, les concours pour être éducatrice spécialisée ou infirmière. “J’ai été prise aux deux et j’ai opté pour l’école d’infirmière”, nous raconte-t-elle. Quand on lui demande ce qui l’a convaincue, Typhaine répond :

“Mon père était éducateur spécialisé et j’avais conscience de la complexité de son travail. Infirmière, ça me semblait plus stable. Ma seule crainte, c’était de ne pas être capable de supporter la souffrance des gens. C’était quitte ou double. Soit, j’aimais. Soit, je craquais.”

A 18 ans tout juste, elle est la plus jeune de sa promotion à intégrer la formation du Centre hospitalier régional de Metz. Au cours des trois ans et trois mois de théories, travaux pratiques et stages, Typhaine ne s’en cache pas : il lui est arrivé de penser à tout arrêter. Mais, en deuxième année, elle a une révélation.

“J’ai fait un stage humanitaire dans un dispensaire à M’Bour au Sénégal. J’ai alors compris que j’étais exactement à l’endroit où je devais être.

Lire la suite sur Rue89

Pour résumer, sa mission sur Terre : torcher le cul du tiers-monde.