La théologienne Ann Heberlein met en garde dans le journal suédois Nyheter Idag les dangers de l’islamisme.

«Le mal», écrit Hannah Arendt dans «Responsabilité et jugement», fait penser que «cela n’aurait pas dû arriver».

Au milieu des préparatifs de Noël, le mal se fait connaître – il s’agit tout d’abord d’un acte de terreur commis sur un marché de Noël à Strasbourg. Un homme mitraille un groupe de personnes qui boivent du Glühwein et achètent des cadeaux de Noël. Cinq personnes meurent et dix sont blessées. Cela n’aurait pas dû arriver.

Une semaine à peine après le massacre de Strasbourg, deux jeunes femmes scandinaves de 28 et 24 ans, ont été assassinées au Maroc.

Les deux amis allaient passer leurs vacances de Noël à faire de la randonnée dans les montagnes de l’Atlas. Ce qui serait une aventure, un souvenir pour la vie, a pris fin avec leur mort. Plusieurs hommes sont arrêtés, soupçonnés d’avoir tué les deux femmes. Cela n’aurait pas dû arriver.

(Merci de nous aider à renforcer notre page)

Le dénominateur commun de ces actes est l’islamisme. Les auteurs à Strasbourg, ainsi que les meurtriers au Maroc, seraient des terroristes islamistes.

Aveuglés par le fanatisme religieux et la haine du style de vie occidental qu’ils considèrent comme des pécheurs, ils s’en prennent à des innocents. Nous sommes leurs ennemis.

Aujourd’hui, la Suède est pour les terroristes de l’Etat islamique ce que l’Argentine et le Brésil étaient pour les nazis après la Seconde Guerre mondiale.

Un sanctuaire où ils peuvent panser leurs plaies et commencer une nouvelle vie sans supporter les conséquences des agressions et des crimes qu’ils ont commis.

Au lieu d’être enfermés, les terroristes reçoivent la visite d’un secrétaire social. Il est grand temps de changer d’attitude, déclare Ann Heberlein.

Source : VoE